Pub

Le défi de l’intentionniste perdu – Interview d’Amaury Delloye (Nano Interactive)

Nous avons interviewé Amaury Delloye, Directeur général France de Nano Interactive

 

1 - Que fait Nano Interactive et où en êtes-vous ?

Nous faisons évoluer notre concept de ciblage autour des intentionnistes perdus du Search. La solution arrive à maturité. La recherche est le premier terrain de jeu des consommateurs comme des marques (53% des investissements digitaux). Ils rentrent par cette porte lorsqu’ils souhaitent avoir plus d’informations sur un produit ou une offre, ils montrent leurs intentions. Et ils y reviennent régulièrement tout au long de leur processus de décision. C’est une arme fatale dans la connaissance des intentions et en temps réels des consommateurs que nous mettons à disposition des annonceurs pour affiner leurs connaissances prospects et améliorer leurs conversions finales. C’est un vrai et nouveau insight pour optimiser tous les dispositifs Display des annonceurs. Toutes les campagnes que nous avons menées depuis 2017 sont systématiquement reconduites voire étendues, gage d’une certaine efficacité reconnue par nos clients dans la découverte et l’accompagnement des marques sur ces intentionnistes.

Coté éditeur, il s’agit tout simplement de collecter la donnée et de diffuser en temps réel, sur le même site des publicités basées sur les requêtes instantanées et historiques (courtes) dans la page de résultat de l’éditeur, tel un « adsense » mais en format Display.

Notre solution s’adresse aussi aux éditeurs. C’est une manière de récupérer une partie du potentiel de la recherche sur les moteurs de recherche. Nous avons poussé la démarche auprès des éditeurs en leur donnant plus de liberté de manœuvre et d’indépendance dans cet enrichissement à travers cette révolution de notre offre : Insist, abréviation de l’Instant Intent Search Targeting.

Ces évolutions nous ont amené à renforcer durablement les équipes en Europe au regard du développement de ces activités. C’est l’ultime preuve que ce concept est en train de prendre auprès du marché publicitaire européen.

 

2 - Search : y a-t-il une alternative à Google ? Comment vous positionnez-vous ?

 

Nous sommes totalement complémentaires à Google, et aussi le seul redistributeur de la valeur de la donnée issue de la recherche. Si Google permet d’obtenir un trafic qualifié de prospects chauds aux marques, il ne permet toujours pas d’accompagner ceux qui sont en haut du tunnel de conversion, que nous appelons les intentionnistes perdus. En effet, le Retargeting n’est possible qu’après un clic ou la visite sur le site de l’annonceur et exclu donc de fait les plus de 80% de non cliqueurs / visiteurs (Peu matures, partis à la concurrence ou uniquement sur la marque). D’un point de vue message, le lien texte a peu d’impact en termes de Branding. Nous ciblons les internautes ayant fait une requête et les accompagnons durant leur navigation avec des formats Display multiples dès l’expression de leurs intentions dans les moteurs de recherche. Nous ne sommes pas dans le marché de la data statistique ou algorithmique probabiliste, nous sommes sur du matching, simple & efficace.

Face à la suprématie des moteurs de recherche, l’éditeur média est complètement siphonné sur ses données comme sur son média. L’opportunité permise par l’achat programmatique, n’est pas toujours au rendez-vous de la valorisation des éditeurs. Sans compter sur le data leakage permis par les partenaires tiers. On est en plein syndrome du « coucou ».

 

3 - Qu'est-ce que l'éditeur a à gagner ?

 

C’est le moyen pour lui de récupérer une partie de la valeur produite par le Search. L’idée d’alliance est effectivement une idée d’avenir, crowdfunding, coworking, co-sharing…de voiture, de vélo, mais quid de la data ? Chaque éditeur a plus ou moins de volume de requêtes Search. Nous avons donc décidé de mettre ces données au profit, non pas d’un éditeur (et encore moins d’un acteur externe) mais de tous nos éditeurs dans l’unique but de redonner de la valeur à leurs médias. Aucun éditeur (ou presque) ne peut commercialiser ces données seules car les montants des campagnes / potentiels seraient trop faible. Qui pourrait contrer seul un géant comme Google ou autre ? L’union ne vaut que si la valeur est partagée (et avec un risque limité).

 

Nous lançons la première plateforme de partage d’intentionnistes basée sur les Requêtes Search valorisée en Média Display publicitaire donc au CPM! Nous ne créons aucune base de données de profils complexes mais une base de données verticale d’intentionnistes, fraiche, transparente et compréhensible. (PS : Vous connaissez quelqu’un qui sait comment optimiser une campagne RTB avec des algorithmes et des modèles statistiques variable ? Marche, marche pas non ? Si cela marchait, les dépenses auraient explosées depuis longtemps non ? Il faut arrêter avec le mythe du bon client au bon moment…. Le rêve du marketeur romantique. Les clients veulent des faits, quantifiables, vérifiables et actionnables.

L’éditeur bénéficie d’une nouvelle source de revenu continu et sans risques. Nos campagnes se gèrent presque toutes en fil rouge. Plus le volume de pap ciblé éditeur est important et plus le site est mis en avant commercialement. La source de la donnée est connue de l’annonceur. L’éditeur est le premier bénéficiaire. Il ne reçoit du budget média que si le CPM est supérieur à sa moyenne. Nous faisons progresser sa rémunération par un nouveau flux de revenus qui n’est pas en concurrence avec sa régie mais bien complémentaire. Plus il y a de requêtes partagées, plus il y a de potentiel de campagne. Plus il y a d’impressions publicitaires, plus il y a de revenus média éditeur. Le cercle devient vertueux.

La livraison est adservée en direct ou via notre headerbidding garantissant moins d’intermédiaires dans la chaine de valeurs et une maitrise des prix à l’entrée. C’est donc plus de revenus pour l’éditeur. Nous sommes une solution internationale européenne (germano-anglo-française), de l’empreinte locale avec du potentiel de développement.

 

4 - Retours d'expérience ?

 

Le 1er bénéfice d’Instant Search a été de faire découvrir à l’éditeur la valeur de cette donnée et de lui permettre de la réinjecter dans sa DMP pour enrichir ses profils/cluster. Le 2eme a été de faire progresser la rémunération CPM pour prendre de la part de voix face aux autres sources en place comme GDN. Le 3ème temps a enfin permis de faire monter l’inventaire mis à disposition en mettant en place de nouveaux emplacements exploitables. Le 4ème temps a permis de dégager des volumes exploitables en s’engageant sur des volumes dédiés à des annonceurs sur le support et non en RON. Il y a peu de risques. Pour démarrer, il faut juste un tout petit script…

 

Un tiers de nos équipes sont des développeurs dédiés. Le potentiel est énorme et les évolutions produit sont multiples. On en a déjà plein les tiroirs mais nous voulons faire d’Insist dans sa forme actuelle le nouveau partenaire des éditeurs du marché, dans le respect des médias, des internautes et des annonceurs. La suite arrive à grands pas !

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Publicité digitale : 4 tendances pour 2018

    Nous publions comme l’année dernière le book by Viuz, Marketing Digital 2018. Nous vous proposons aujourd’hui notre article sur les tendanc...

  • Notre mission : donner l’agilité des GAFA aux marques traditionnelles – Entretien avec les fondateurs d’Artefact

    ...

  • Marco Tinelli (relevanC) : notre mission est d’apporter de l’intelligence à la data et mesurer l’impact business

     Nous avons rencontré Marco Tinelli, CEO de RedPill. RedPill est une startup studio à l'origine de Beeboss, Pharmacercle ou releva...