Contenus

Une nouvelle grande vague de 25 ans : 4 tendances qui refaçonnent nos vies

Sommes-nous à l’aube d’un nouveau grand cycle ? Plusieurs signes, faibles et forts, semblent l’indiquer. A commencer par les multiples crises que nous traversons : internationale, économique, climatique. On est tenté d’ajouter : crise de civilisation. 

Ce qui se passe dans le monde tech est très révélateur. De grandes et moins grandes entreprises de la tech sont bousculées, tandis que de nouvelles innovations, et au premier chef l’intelligence artificielle générative, provoquent une nouvelle ruée vers l’or. Tout cela pourrait être transitoire, le temps pour les uns et pour les autres de s’adapter.

Mais il pourrait tout aussi bien s’agir de mutations plus  profondes, avec une recomposition du paysage tech voire une nouvelle grande vague d’innovations et de ruptures. Et à la clé, la fin d’un cycle commencé il y a un quart de siècle entre la création de Netscape et celle de Google et qui a vu l’avènement de l’internet de masse. 

Big new wave blue sky and lots of people / Créé sous Midjourney

Pour y voir un peu plus clair, nous avons détecté 4 tendances qui refaçonnent nos vies. Nous commençons aujourd’hui par : l’impact de l’intelligence artificielle générative. 

La semaine prochaine, nous continuerons avec une autre tendance : la grande délinéarisation.


Banale.ia : au-delà de la ruée vers l’or

L’IA est là, plus que jamais là. L’intelligence artificielle, après un long hiver de plus de 50 ans, a connu son heure de hype il y a 4 ou 5 ans puis est à nouveau un peu passée sous les radars. Elle revient en force en ce début 2023 par ses usages B to C, avec le résultats stupéfiants de la générative AI qui éclatent aux yeux de tous : que ce soit la génération d’images ou le chat qui répond tellement mieux, apparemment, qu’un humain, et 1000 fois mieux, au moins, que Google : chatGPT. Et déjà font leur apparition, sans plus tarder, les mappings plus ou moins élégants du type lumascape présentant des constellations d’applications pour des multitudes d’usages : text to image, text to text, text to audio, text to 3d, et même, entre autres, text to NFT… 

On assiste de fait à une prolifération de l’IA à portée de tout un chacun, sans quelconque expertise  pré-requise. Une prolifération, c'est-à-dire une banalisation qui s’accélère… Et l’incitation, pour ne pas dire la pression sur les entreprises en général et les acteurs de la tech de s’emparer du sujet, et cette fois bras le corps. Du reste cela n’a pas tardé puisque Microsoft investit 10 milliards de dollars dans Open AI, l’organisation derrière Dall.E, l’une des vedettes du text to image, et chatGPT. 


Le sûr cheminement de l'IA

L’IA était-elle pour autant en suspens ? La réponse est claire : pas du tout ! L'IA a même plus que bien cheminé. Nombre de ses apports se sont massivement diffusés ces dernières années : Process d’automatisation, robotique, NLP (traitement automatique du langage), computer vision, agents virtuels, reconnaissance faciale… Nombre de secteurs les exploitent : la médecine, l’industrie, la justice, l’assurance, le marketing… Et même l’armement, comme l’illustrent de nombreux exemples dans la Guerre en Ukraine. Tout comme le char américain next generation, le terrifiant AbramsX bourré d’intelligence artificielle. 

Les big techs ne sont pas en reste. Google, la search company est devenue en 2015 Alphabet, l’AI company.  Ses investissements nombreux et colossaux centrés sur l’IA sont connus : Waymo (voiture autonome), Wing (livraison par drone autonome), Verily (diagnostics médicaux), Calico (médicaments), Deepmind (à l’origine d’Alphago et d’Healthcare AI) sans parler, et j’en passe, de X (les fameux moonshots incluant notamment la robotique)..

Les Big techs sont en fait toutes très actives et sur plusieurs plans. Amazon, Google, Microsoft, IBM associent à leurs clouds des librairies de services d’intelligence artificielle à disposition de leurs clients. 

Leurs programmes de publicité à destination des annonceurs et de leurs agences sont bondés d’intelligence artificielle, que ce soit les enchères ou les analytics. 


IA visible

Le grand public est concerné, que l’on songe à Siri, à Alexa, au smart home, aux applis de réalité, entre mille autres exemples. Encore très récemment, on a appris, et ce n’est qu’un exemple de plus, qu’Apple vient discrètement de lancer un catalogue de livres audio racontés par de l’IA, au risque de bouleverser tout un secteur comme le craignent les auteurs, éditeurs et narrateurs. 

Le grand public utilise donc massivement l’IA. Elle s’est glissée dans le quotidien de tout un chacun bien avant l’apparition de ChatGPT 3, mais de manière presque souterraine, sans que l’on s'en rende bien compte. Le generative AI rend visible cette IA qui ne l’était pas. Et s’il peut inquiéter, il crée tout autant ou plus un engouement - le même type d’engouement qui entourait la découverte à partir de 1998 de ce moteur de recherche tellement pertinent venu de Mountain View. 

Cette mise en lumière va accélérer la prolifération de l’intelligence artificielle. Un peu comme pour le mobile et les réseaux sociaux en leur temps, les entreprises risquent d’être en retard par rapport aux usages. Aujourd’hui, d’après McKinsey, 50% des entreprises ont adopté l’IA dans au moins un de leur département. Même si ce chiffre ne rend pas compte de l’utilisation de l’IA, puisque les entreprises se servent déjà abondamment des services qui en sont bourrés proposés par la big tech, il est à parier que l’adoption en interne va être dopée. Mais la course à l’IA va surtout s’accélérer du côté des grands acteurs de la tech, et ce malgré leur avance. Cette course pourrait redéfinir le paysage. 


Recomposition et transfert de pouvoirs

ChatGPT vient d’emblée bouleverser l’attente en matière de search. Pour la première fois depuis sa création, on se dit que Google peut être attaqué en son cœur même. Ce n’est pas un hasard si Microsoft investit 10 milliards de dollars dans OpenAI et va intégrer ChatGPT dans son moteur de recherche. Cela arrive au moment où, pour la première fois, Alphabet a connu un trimestre en baisse, et alors que la recherche représente encore 80% de ses revenus. Un autre acteur pourrait être également touché : Meta. La firme de Mark Zuckerberg a tout misé sur le metaverse, présenté comme le nouveau grand paradigme. Les succès de la generative AI montre en creux très vivement que ce n’est du côté des mondes virtuels parallèles que cela se passe finalement. Même si l’intelligence artificielle nourrit et nourrira le metaverse, peut-être même l’aidera à se diffuser, c’est très loin d’être d’actualité. 

On sait que c’est par temps de crise que s’opèrent les mutations. L’arrivée tonitruante de la Générative AI pourrait bien planter les prémisses de transferts colossaux de pouvoirs. 

> Prochaine tendance : la grande délinéarisation


// Pour ne louper aucune de nos tendances, inscrivez-vous à la newsletter de Viuz ICI //



Tendances écrites par Andres Menajovsky, fondateur de Viuz

Plus d'articles Contenus

+ TOUS LES ARTICLES Contenus
  • La grande délinéarisation (4 tendances qui refaçonnent nos vies)

    D’ici 2030, la BBC ne sera plus diffusée à la télévision et à la radio. C’est du moins ce qu’a laissé entendre fin 2022, Tim Davie, ...

  • Consommation media, pub, web 3, data, commerce,… 33 chiffres clés pour comprendre la fin 2022

    Afin de démarrer l’année sous les meilleurs auspices, nous vous proposons de vous replonger sur la fin 2022, avec en lecture rapide 33 chiff...

  • Streaming, vidéo, publicité, durable : quelle est la consommation des médias ?

    Le Global Media Landscape YouGov 2022, rapport annuel sur la consommation des médias paru en novembre 2022 permet d’éclairer une année comp...