E-Commerce/Paiements

La cryptomonnaie s’invite dans les stratégies marketing et influence

Le pouvoir de disruption des cryptomonnaies s’étend bien au-delà du monde de la finance et des paiements. Le bitcoin est aussi devenu un outil de différentiation pour les marques, et une nouvelle façon de monétiser son influence sur les réseaux sociaux. On fait le point sur ces marques qui acceptent les paiements en bitcoin, et sur une nouvelle plateforme « social media » basée sur le bitcoin et les NFT : Bitclout.

VIUZ cryptomonnaie Thought Catalog unsplash
Crédit photo Thought Catalog sur unsplash

Ces grandes marques qui acceptent les paiements en bitcoin

  • Overstock

Dès 2014, quelques entreprises pionnières commencent à accepter le Bitcoin, cette monnaie virtuelle sur un réseau décentralisé, comme moyen de paiement. Ainsi le 9 janvier 2014 Overstock.com devient le premier site e-commerce majeur à accepter le Bitcoin. Une démarche financière mais aussi une volonté de trouver un business model différenciant face à des géants comme Amazon. Aujourd’hui, Overstock est aussi investisseur dans des entreprises innovantes utilisant la technologie blockchain, à la base du bitcoin, et continue de se diversifier sur d’autres marchés avec la blockchain. Notamment l’immobilier (source money.cnn.com).

  • Paypal

En septembre 2014, PayPal ouvre à son tour les paiements en Bitcoin, afin d’attirer sur sa plateforme une cible d’entreprises. Avec des frais de transactions en bitcoin plus intéressants que ceux des plateformes de cartes de crédit.

  • Microsoft

Enfin, en décembre 2014 Microsoft accepte les paiements en Bitcoin. Pour des achats de jeux, d’applications et de contenus digitaux pour Windows Phone et Xbox. A l’époque le Bitcoin était encore peu connu. Mais déjà une des premières plateformes d’échange de bitcoin, Mt. Gox, basée au Japon faisait faillite, à la suite d’un piratage informatique.

  • La galaxie Amazon : Twitch et Whole Foods

Amazon lui-même n’accepte pas les paiements en bitcoin, même s’il est possible d’acheter des cartes cadeau Amazon via des plateformes acceptant les cryptomonnaies. Mais Amazon autorise le Bitcoin pour ses marques Twitch et Whole Foods. Wholefood accepte les cryptomonnaies depuis 2019. A travers la plateforme de paiement mobile (Apple Pay et Wallet) née du partenariat entre la startup Flexa et la plateforme de monnaie digitale Gemini, créée par les jumeaux Winklevoss. D’autres grands retailers font appel à cette technologie, notamment Home Depot.

Twitch acceptait le bitcoin et d’autres cryptomonnaies depuis 2014, avait abandonné cette fonctionnalité en 2019. Puis l’a réactivé en juin 2020, pour le plus grand bonheur de sa communauté de geeks et gamers. Mais Twitch monitore avec prudence les dernières tendances autour des cryptomonnaies, en particulier le boom des casinos virtuels en bitcoin. Un marché normalement régulé par des licences de jeu, mais resté un temps sous le radar des régulateurs. Cette tendance est loin d’être anecdotique puisque d’après une étude de Wired, 64 du top 1000 des streamers Twitch ayant le plus de trafic ont streamé des jeux de machines à sous en cryptomonnaies, ou fait la promotion de sites de casinos en bitcoin. Au décollage de la tendance, en avril et mai 2021, certains streams dépassaient les 100 000 spectateurs en live.

Source : Twitch
  • Shopify et les modules de paiement

Enfin, de nombreux sites ecommerce peuvent accepter les paiements en cryptomonnaies s’ils reposent sur la plateforme Shopify. De la même façon, la plateforme Etsy permet à ses vendeurs de choisir un module de paiement qui intègre les cryptomonnaies.

  • Starbucks

C’est aussi via une application tierce que Starbucks peut accepter les bitcoins, avec Bakkt, une application de « digital wallet » (portefeuille numérique) qui converti les bitcoins en dollars pour pouvoir réaliser des paiements instantanés. En 2019, plus de 500 000 personne se seraient inscrites au programme de test de cette application de paiement (détails Foodandwine.com). L’idée étant aussi de regrouper dans une seule application différentes monnaies mais aussi les points de cartes de fidélité.

Source : Bakkt
  • Tesla

La relation que les marques entretiennent avec le Bitcoin n’est pas que financière. Les enjeux de réputation sont eux bien réels. On pense bien sûr aux véhicules électriques Tesla, dont le CEO Elon Musk avait annoncé en mars 2021 qu’il acceptait désormais les paiements en bitcoin aux Etats-Unis. Et que l’entreprise investissait 1.5 milliards en Bitcoin. Motivation de l’entreprise « diversifier ses sources de liquidités et gagner en flexibilité ». Mais à peine deux mois plus tard, en mai 2021, Musk revenait sur cette décision en raison de préoccupations pour l’environnement. L’empreinte carbone du bitcoin est en effet pointée du doigt, en raison de la consommation électrique que nécessite le minage, avec une énergie encore souvent de source fossile.

Cependant, en juin dernier, Musk précisait via Twitter que Tesla accepterait sans doute à nouveau les paiements en Bitcoin. Quand le minage sera plus respectueux de l’environnement, avec un usage d’au moins 50% d’énergie propre. Une démarche qui fait débat mais qui est aussi en cohérence avec la cible de clientèle visée par Tesla, aisée, passionnée d’innovation, avec une démarche d’ « early adopter » et sensible aux enjeux écologiques.

Bitclout : Une plateforme crypto pour monétiser l’influence

Le bitcoin s’invite aussi dans les stratégies social media. Avec BitClout qui se présente comme le « réseau social crypto » (The Crypto Social Network), en mixant l’influence sur les réseaux sociaux et la cryptomonnaie. Pas de lien avec la défunte plateforme « Klout » (de mesure de l’activité sur les réseaux sociaux), sauf l’origine du nom puisque « clout » signifie « influence » en anglais. Sur la plateforme open source décentralisée Bitclout, établie au Japon, les utilisateurs peuvent acheter ou vendre des « creator coins » (en fait des NFT – Non Fongible Tokens) dont la valeur est basée sur la réputation des influenceurs.

Bitclout est disponible en beta privée réservée à des influenceurs depuis mars 2021. Puis à peine un mois plus tard, en avril 2021, BitClout a lancé sa plateforme d’échange, avec son « Exchange Listing API ». Depuis juillet 2021, les utilisateurs peuvent créer et acheter des NFT directement dans la plateforme Bitclout.

Parmi le TOP des profils vérifiés sur Bitclout, Dharmesh Shah (cofondateur et CEO de la plateforme marketing Hubspot), Alexis Ohanian (cofondateur de Reddit), la comédienne Pamela Anderson, le milliardaire Chamath Palihapitiya (fondateur de Social Capital LP, chairman de Virgin Galactic et un des premiers VP de Facebook à la création de la plateforme), James Charles, personnalité de l’internet et des réseaux sociaux.

Source : Bitclout

Zoom sur HighKey, une agence qui mise beaucoup sur Bitclout

Parmi les premiers comptes de Bitclout, on trouve aussi HighKey, une agence spécialisée dans le personal branding de célébrités comme Kevin Hart, Snoop Dog, le rappeur 6ix9ine (22.9 millions d’abonnés sur Instagram) ou encore l’actrice pornographique Lana Rhoades (16.4 Millions d’abonnés sur Instagram). Highkey propose un package à 5000 $ pour gérer le compte Bitclout de ses clients, c’est à dire poster des contenus et entretenir les relations avec les « fans » détenant le plus de Bitclout. Highkey propose aussi Highkey Clout, son service de mise en relation entre des influenceurs et des marques pour organiser des jeux concours avec distribution de cadeaux (« giveaways »).

Highkey est particulièrement motivé pour attirer des influenceurs et des fans sur Bitclout, puisque l’agence a investi 1 million de dollars dans BitClout et son propre HighKey Coin. Highkey prévoit d’investir 50% de ses profits futurs dans Bitclout (source Forbes Monaco).

Source : Highkey

Qui sont les fondateurs de Highkey ? Les Canadiens Jordan (21 ans), Luke (24 ans), et Jackson Lintz. Des frères qui dès 2016 ont créé leur marque sur les réseaux sociaux pour vendre des EarPods puis sont devenus experts de la gestion de marques personnelles sur les réseaux sociaux. Ils sont aussi experts en diversification et entourés de différents mentors/investisseurs. Ainsi en 18 mois leur empire s’est étendu à la gestion immobilière, au poker en ligne et au bitcoin. Le point commun entre ces différentes activités ? Sans doute une très bonne compréhension des lois de l’offre et de la demande, avec un modèle d’affaires immatériel et décentralisé qui attire autant les investisseurs que les consommateurs.

Séverine Godet

Plus d'articles E-Commerce/Paiements

+ TOUS LES ARTICLES E-Commerce/Paiements
  • Frédéric Leclef (Lyf) : Notre objectif est de positionner le paiement comme simplificateur du quotidien

    Alors que Lyf, spécialisé dans le paiement mobile, propose désormais des solutions publicitaires, nous avons rencontré Frédéric Leclef, Di...

  • Anthony Bourbon (Feed.) : être présent à tous les points de contacts, à toutes les occasions de la journée

    Nous avons rencontré Anthony Bourbon, CEO et fondateur de Feed. Il participera à notre conférence Omnicanal le 13 avril et est membre du ...

  • Omnicanal : l’âge du consommateur connecté, le 13 avril

    Le 13 avril nous organisons Omnicanal : l'âge du consommateur connecté, en conférence live....