E-Commerce

CES 2021 : les ambassadeurs virtuels sont déjà parmi nous

Au CES 2020, une patate connectée avait presque volé la vedette aux autres innovations présentées. En 2021, pour cause de Covid bien sûr, le CES était virtuel. Une vitrine idéale pour faire défiler les dernières générations d’ambassadeurs virtuels, qui seront peut-être les vendeurs e-commerce de demain. Depuis quelques années, ces avatars et influenceurs synthétiques ont déjà commencé à s’inviter dans l’univers de la mode et sur les réseaux sociaux.

LG et sa présentatrice virtuelle

Au CES 2021, la multinationale sud-coréenne LG avait totalement virtualisé la conférence de présentation de ses nouveaux produits. L’animation avait été confiée à une influenceuse virtuelle, Reah Keem, à l’apparence d’une jeune femme qui se présente comme musicienne et DJ.

Source Reah Keem sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CJ6ELm2BTfE/

Depuis mai dernier, Reah partage les photos de son quotidien sur son compte Instagram (suivi par près de 7000 personnes). Une vie d’influenceuse entre enregistrement en studio (la musique est disponible sur Soundcloud), pause détente dans un café et conseils maquillages (notamment une opération avec Chanel).

Source Reah Keem sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CFRF0MwDTmT/

Samsung et sa famille « Neon »

Cette tendance des « ambassadeurs » virtuels avait été lancée au CES 2020 par Samsung avec ses avatars humains appelés « Neon ». (Source JournalduGeek) Ces humains virtuels sont issus du Star Labs, une filiale de Samsung, qui exploite l’intelligence artificielle pour créer et animer des vidéos.  La plateforme logicielle Core R3 de Samsung arrive à des résultats troublantes de réalisme en mixant des images d'êtres humains réels pour créer une personne virtuelle, puis produit de nouvelles expressions, mouvements ou dialogues dans plusieurs langues. Des prouesses qui avaient immédiatement suscité la polémique face au risque de création de vidéos « deep fake » utilisant de « faux humains ». (Source 01net.com)

Au CES 2021, Samsung a présenté les dernières évolution de la famille « Neon », et lancé officiellement leur commercialisation. Des projets pilotes ont déjà été menés avec le groupe bancaire coréen Shinhan Bank et CJ, un conglomérat sud-coréen (un chaebol), spécialisé dans la distribution, l'industrie pharmaceutique, l'alimentation et les médias (et ancienne filiale de Samsung).

(Source Samsung)

Neon est donc désormais disponible sous la forme des services pour des usages en entreprise ou dans le commerce, avec NEON View (intégré sur téléphone portable, par exemple pour répondre aux appels en visiophonie), NEON Frame (sous forme de portail immersif, par exemple pour répondre aux questions du public) et NEON Studio (pour des services de création de contenu). Sur le site officiel Neon.life, les scénarios envisagés sont sans limite. Neon pourrait être votre prochain prof de Yoga, conseiller financier ou star de K-pop. Paradoxalement, Neon étant une incarnation humaine, Samsung rappelle l’importance des relations en face à face et des connections humaines.

Les influenceuses virtuelles dans l’univers de la mode

L’influenceuse virtuelle et instagrameuse Lil Miquela n’a pas pris une ride depuis son arrivée en 2016 sur les réseaux sociaux. Considérée comme la première mannequin virtuelle au monde, et classée en 2018 parmi les personnalités les plus influentes d’internet par le magazine « Time », Lil Miquela pourrait avoir éternellement 19 ans. Elle est suivie par près de 3 millions de personnes, et courtisée par les marques pour leur campagnes sponsorisées.

Source Lil Miquela sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CJg8sllnQMa

D’après FaberNovel (cité par Le Monde), une campagne avec un mannequin virtuel de la classe de Lil Miquela pourrait être facturée autour de 300 000 euros, soit bien moins qu’un mannequin connu (et humain). Environ un tiers du budget allant à la conception du personnage et de ses vêtements en 3D, et le reste à la campagne sur les réseaux sociaux.

D’autres mannequins virtuels sont nés dans le sillage de Lil Miquela. Citons Shudu Gram, lancée en 2017, qui compte aujourd’hui 211 000 abonnés sur Instagram, et une campagne en décembre 2019 avec Ferragamo.

Source Shudu Gram sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CJG-LX9rJd-/

Dans un autre registre d’inspiration manga japonaise, Noonoouri, créée par l’agence de design Opium 371 000 abonnés). Sa dernière campagne en décembre la mettait en scène avec Lewis Hamilton, le champion de F1 multipliant depuis plusieurs années les collaborations dans l’univers de la mode et du streetwear, notamment avec Tommy Hilfiger.

Source Noonoouri sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CJvXAHBBZn9/

Enfin rappelons que Balmain (en 2018), Louis Vuitton et Fenty Beauty ont déjà fait appel à des super models virtuels pour leurs campagnes (source Design Boom).

Source Balmain

On notera cependant que dans le contexte de la Covid-19, une marque de luxe comme Balmain cherche plutôt actuellement à créer de vraies rencontres humaines avec le public. Le 9 décembre dernier, Olivier Rousteing, Directeur Artistique de Balmain, a ainsi photographié sa collection pre-fall 2021 dans la vitrine de la boutique parisienne de la maison. Un moment visible des passants et filmé pour les réseaux sociaux (source Journal du Luxe).

Source Balmain sur Instagram : https://www.instagram.com/p/CIlkoKPg5kl/

La tendance des ambassadeurs virtuels semble en tout cas désormais s’étendre au-delà du monde de la mode, vers les services et le monde de l’entreprise.

Séverine Godet

Plus d'articles E-Commerce

+ TOUS LES ARTICLES E-Commerce
  • Valentine Courcoux Perrin (Phenix) : nous avons sauvé à ce jour 125 millions de repas

    Valentine Courcoux Perrin Head Of Marketing & Communications chez ...

  • Le live shopping en Chine : un marché de 154 milliards de dollars

    Né en Chine, le live shopping ou vente en direct sur Internet, est désormais en train de conquérir la planète. Avec l’explosion de la tend...

  • Omnicanal, la conférence : moments clés et compte-rendu

    Le 13 Avril dernier se tenait notre conférence ...