E-Commerce

Coronacrise : renouveau du drive et de la livraison

Distance sociale oblige, les commerces non essentiels ont dû fermer leurs portes au début du confinement le 17 mars dernier. Un manque à gagner énorme pour beaucoup.

Certains ont néanmoins détourner le problème… grâce au drive ! Très répandu aux USA et en Allemagne, on le connaissait jusque-là essentiellement chez les GMS en France. Mais, au vu de la situation actuelle, un grand nombre de commerces des plus divers s’ouvrent à la mise en place de ce service.


Leroy Merlin se réinvente à vitesse grand V

L’exemple qui a fait le plus grand bruit est celui de Leroy Merlin - groupe Mulliez - qui en moins de 2 semaines à restructurer ses magasins, sorti du chômage partiel une partie de ses employés pour lancer un système de drive. Depuis début avril, l’enseigne propose plus de 6000 produits sur son site, dit “de dépannage”, contre environ 50 000 en temps normal. Commander sur le site, les produits sont disponibles 48h plus tard en retrait en magasin en drive. 

Le signal est donné

En écho à Leroy Merlin, Castorama et Brico Dépôt - groupe Kingfisher - ont suivi peu de temps après le sens de cette démarche.

Dans le secteur de l'ameublement cette fois-ci, But propose également un système de click&collect depuis le 23 avril dans une soixantaine de magasins.

Petit à petit, les enseignes prennent le pli pour s'adapter aux nouveaux modes de consommations imposés par le coronavirus.

Mais le drive ne s'avère pas optimal pour tous, comme c'est le cas pour les urbains des grandes villes notamment. C'est dans ce sens que Bolt à lancé Business Delivery son nouveau service de livraison réservé aux e-commerçants qui met en relation les entreprises et les coursiers de Bolt, et permet aux vendeurs de livrer des produits à petit prix dans la journée, voire dans l'heure.


La grande conso se consolide grâce à des partenariats ingénieux

Carrefour, qui propose déjà un service de drive, a monté un partenariat habile avec UberEats afin d’organiser des livraisons dans les grandes villes de France. L’idée n’étant pas de faire des courses pour la semaine, mais d’apporter un service de livraison d’appoint rapide.

Des opérations promotionnelles spéciales via ce tout nouveau canal ont déjà débutées. Pour premier exemple, les ingrédients du fameux Whopper du confinement by Burger King dont on vous parlait il y’a quelques jours, sont désormais disponibles dans un kit sur UberEat.

Ce partenariat exceptionnel en écho à la crise sanitaire subsistera certainement après la coronacrise.

Il a d’ailleurs été repris par Deliveroo et les enseignes du groupe Casino qui propose désormais aussi ce service.


Les initiatives locales se multiplient :

Au-delà de ces grands du commerce, les initiatives locales fleurissent : 

Visuel créé par freepik

Plus d'articles E-Commerce

+ TOUS LES ARTICLES E-Commerce
  • Omnicanal : désiloter les expériences client pour booster les ventes

     Nous publions aujourd'hui un premier article d'une série de trois proposée par ...

  • La campagne impossible de Gîtes de France

    Retour sur la campagne de Gîtes de France, accompagnée par l’agence Change, récompensée dans la catégorie Multicanal de la VIIème éditi...

  • e-commerce agricole : apps et sites amènent les champs au panier

    Dans le contexte de la covid-19, applications et sites web viennent permettre aux agriculteurs de vendre en circuit court directement aux consom...