Mobile

Google et Apple unis contre le covid : l’alliance inédite en sept points (pourquoi nous sommes concernés)

Une alliance impensable il y a encore peu temps vient de se nouer. Apple et Google ont annoncé vendredi 10 avril un partenariat afin de lutter contre le covid-19, dans le cadre d’un projet de contact tracing, ou, en français, de traçage. Le projet ne va pas sans poser des questions relatives à la vie privée, à la transparence et au contrôle. L’ensemble des utilisateurs des deux plateformes iOS et Android pourrait être concernés, soit près de 3 milliards d’humains. 

7 points pour comprendre :

1 - Le contact tracing repose sur le mode de fonctionnement suivant : un utilisateur testé positif au Covid-19, enverra une notification à un individu avec qui il aura été en contact. Cela suppose bien sûr que les deux utilisent une appli et que le premier ait renseigné l’information. Cette information pourrait rester active 14 jours, ou plus si les autorités sanitaires le décident.

2 - Grandes masses : cette technologie pourrait bien s’avèrerait un élément clé dans une stratégie de confinement mais aussi et surtout de déconfinement. Mais pour être efficace, il faut qu’elle soit effectivement adoptée par un grand nombre d’utilisateurs, voire par le plus grand nombre. C’est précisément la raison d'être de l’alliance des deux grandes plateformes iOS et Android, qui concerne 3 milliards de personnes dans le monde

3 - La technologie bluetooth est au coeur du dispositif : il s’agit de générer des identifiants anonymes, local  et temporaire

4 - De nombreux pays adoptent ou vont adopter des dispositifs similaires, basée sur le bluetooth : la France,  avec l’application StopCovid, mais aussi Israël, la Thaïlande, Hong Kong. 

5  - Le projet commun de Google et Apple ne consiste pas à développer une application et à entrer en concurrence avec des initiatives nationales ou locales. Il s’agit plutôt de développer et rendre disponible une infrastructure, sur laquelle puissent se déployer des applis et des technos le de traçage, gérées par les autorités sanitaires.

6 -  Un deuxième temps plus ambitieux. Pour atteindre le plus grand nombre, le projet se déroulera en deux étapes. Dans un premier temps, il sera possible pour les différents applis gérées par les autorités publiques d’exploiter les appareils iOS et Android.

Le projet se veut plus ambitieux dans un deuxième temps : une fonctionnalité bluetooth commune sous-jacente aux deux plateformes sera développée, à laquelle les individus pourront participer d’eux-mêmes sur la base d’un consentement optin. 

7 - Des questions relatives à la vie privée, à la transparence, au contrôle. Le projet peut efficacement contribuer à lutter contre la propagation du virus. Comme pour tout projet de traçage, des questions de libertés individuelles, entre autres, sont néanmoins posées. comme le rapporte Bloomberg,  un groupe de parlementaires pourtant républicains a écrit dans une lettre ouverte à Donald Trump:" la masse colossale de données de Google sur les comportements quotidiens des américains, couplé avec le pouvoir des autorités locales, des Etats ou fédérales peut être alarmant”

Photo:  niritman de Pixabay

Plus d'articles Mobile

+ TOUS LES ARTICLES Mobile
  • Comment une entreprise peut-elle développer sa présence sur un assistant vocal ?

    IntroductionEn 2019, la France comptait près de 20 millions d'utilisateurs(1) d'assistants vocaux. Si les enceintes connectées pénèt...

  • Taïg Khris (onoff) : la diversité n’est pas le sujet, c’est l’accès à la connaissance… et la passion !

    Le 15 septembre se tenait...

  • La location de voiture fait le plein de disruption

    Le marché de la location de voiture avait déjà connu plusieurs vagues de disruption avant la covid-19. La pandémie mondiale aura encore reba...