Pub

Vidéo en ligne : bientôt plus de 100 minutes par jour

Une récente étude Zénith prévoit qu’en 2021, nous passerons 100 minutes par jour à regarder des vidéos en ligne, contre 84 minutes en 2019 moyennes mondiales).  La Chine et la Suède dépassent déjà cette barre symbolique avec une moyenne de 103 minutes par jour actuellement. Ces deux pays seront rejoints en 2021 par le Canada, l’Inde, le Mexique, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. 

Entre 2013 et 2018, on pouvait déjà noter une augmentation de 32% du temps passé sur ce canal. C’est donc une continuité logique qui s’accélère d’autant plus grâce à l’augmentation de la taille des écrans de nos smartphones, la 4G, bientôt la 5G, et les efforts tant des créateurs que des plateformes et diffuseurs pour capter une part de ce marché clé. 

L’étude apporte deux précisions intéressantes concernant l'instream et la part dans l'investissement TV.

L’instream plus engageant

Une première précision porte sur les avantages comparés  de l’instream et de l’outsream. L’outstream s’est fortement répandu au cours des dernières années au point de devenir parfois majoritaire, comme au Royaume-Uni où il représente 58% du marché. A noter le contraste avec la situation française. D’après le baromètre SRI, l’instream (210 M€) compte chez nous pour 90% du segment vidéo avec une croissance de 15%, quand l’Outstream (23M€) est à +26% au 1er semestre 2019. 

L’étude apporte deux nuances majeures :

  • la part relative de l’instream devrait augmenter  dans le monde dans la mesure où les grands média sociaux investissent dans la vidéo, comme Shows pour Snapchat ou Watch  pour facebook
  • ce rééquilibrage quantitatif correspond sur le fond aux meilleurs taux d’engagement de l’instream - et ceci explique l’intérêt des grands réseaux sociaux. La pub instream est servie dans un contexte de consommation vidéo alors que la pub oustream, plus facilement scrollable et évitable, le plus souvent servie en son off, ne s’inscrit pas naturellement dans la consommation média de l’utilisateur. 

Part dans l’investissement TV

La deuxième précision porte sur la part croissante de la vidéo dans l’investissement télé. 

D’ici 2021, la pub vidéo va croître de 35% (pour arriver à 61 milliards de dollars) tandis que la pub télé va rester stable (180 milliards).  La vidéo en ligne représentera alors l’équivalent d’un tiers du marché de la pub tv contre 25% aujourd’hui. 

Si l’on on en croit une autre étude, menée par Magna Intelligence, le France serait moins mature. Le taux de croissance de la vidéo serait bien de 18% par an (supérieur en cela à la moyenne de la publicité digitale autour de 10%), mais la part relative de la vidéo représenterait 15% de la pub télé en 2020. 

__
Voir l’étude Online Video Forecast

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Blocage de publicité : comment rééquilibrer l’échange de valeurs entre les utilisateurs et les éditeurs ?

    L’ad blocking, ou blocage de publicité, n'a pas surgi par magie. Les éditeurs ont été mis dans une situation délicate, avec la baisse de ...

  • Olivier Vigneaux (BETC Digital) : nous luttons contre l’indifférenciation digitale

    Nous avons rencontré Olivier Vigneaux, CEO de BETC Digital. Vice-président de l'AACC Customer Marketing, il sera membre du Jury de la Nuit...

  • Andrew Buckman (Sublime) : le publicité digitale doit retrouver le talent de raconter des histoires

    Nous avons rencontré Andrew Buckman, récemment nommé CEO de Sublime.Connu pour son expertise de la publicité en ligne, il a égale...