Mobile

5G : quand et quelle adoption ?

L’Arcep vient d’entamer en début de semaine le processus d’attribution des fréquences 5G. 

L’arrivée de la 5G accompagne les mutations de l’expérience utilisateur, et notamment la croissance de la consommation de la vidéo, de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle. Mais la 5G va encore plus loin, elle assoit la consécration de l’internet des objets, facilite l'utilisation des drones, rend plus que jamais possibles les voitures autonomes, entre autres.

Les enjeux sont colossaux

Mazars dans une note de mai 2019 pour l’institut Montaigne rappelait les trois dimensions de la rupture technologique :

1 - le débit et la très faible latence

2 - le caractère décentralisé, permettant le développement edge computing (ce qui permet un traitement local de la data, sans passage obligé par un serveur central)

3 - le slicing, c’est-à-dire l’utilisation du réseau en fonction des demandes utilisateurs et des usages, ce qui est favorable aux applications de cloud computing.

De nouveaux usages écloront et les business models évolueront nécessairement. Des questions de politiques publiques majeures pourront et devront être traitées comme la connectivité des territoires ou l’accès au services publics.

La souveraineté devient un sujet clé, pour des raisons de sécurité et à l'heure ou le cloud est dominé par les grandes plateformes globales.

L'occasion pour les opérateurs télécom de reprendre la main ?

Les opérateurs télécom, notamment nationaux, peuvent-ils revenir dans la course ?

L'heure est à l'expérimentation.

L'exemple de Bouygues Telecom est intéressant. Après avoir passé, en partenariat avec Ericsson, le premier appel 5G en conditions réelles le 4 janvier dernier dans les rues de Lyon, ce sont désormais 9 sites sur 39 autorisés par l’ARCEP qui sont actuellement en test dans les 3ème et 6ème arrondissements de Lyon.  

L’objectif de l’expérimentation est de mieux appréhender la technologie et les équipements, les besoins du futur déploiement ainsi que d’évaluer les promesses de la 5G, notamment en termes de latence, de capacité, de débit et de services.

Bouygues Telecom mène également des expérimentations à Bordeaux, Paris, Vélizy et Rouen.

Mais quel sera le rythme d’adoption de la 5G, très concrètement ? 

Le cabinet GlobalData vient opportunément de proposer des prévisions pour le marché américain, quelque peu en avance par rapport à l'hexagone. L’adoption sera très progressive pour arriver en 2024 à un taux de 34% pour les abonnements mobiles 5G. 

On passera ainsi d’une moyenne d’usage de 12GB par mois par smartphone en 2019 à 37 GB par mois. Le marché du mobile atteindra ainsi 224 milliards de dollars en 2024.

Plus d'articles Mobile

+ TOUS LES ARTICLES Mobile
  • Le smart home vers un marché de masse

    ...

  • Wearables : Le grand retour des lunettes connectées !

    ...

  • Rupture dans la mobilité : connaissez-vous le maas ?

    ...