Pub

Habenn Bereket et Olivier Marty (Ogury) : le consentement dûment recueilli est la condition de l’engagement sur mobile


Ogury est lancé à Paris et Londres en 2014 par Jean Canzoneri et Thomas Pasquet. La société réalise plusieurs levées de fond, et atteint en 2018 106 millions d’euros de chiffre d’affaires. Après une success story aux Etats-Unis et l’ouverture récente d’un bureau en Amérique Latine, Ogury va ouvrir des bureaux en Asie dans le courant de l’année.

Nous avons voulu comprendre plus en détail l’approche et l’expertise de ce spécialiste du Mobile Journey Marketing.

Habenn Bereket (MD Sales Ogury France) et Olivier Marty (Brands Director France) ont répondu à nos questions :

Vous placez le consommateur mobile au centre : quelles en sont les implications?

Nous avons une visibilité à 360 degrés sur l’écosystème mobile. Nous touchons plus de 20 millions d’utilisateurs opt-in en France, sur la base de notre SDK installé auprès de nos partenaires éditeurs, parmi lesquels on peut citer Eurosport, le groupe Au Féminin, Lagardère, IsCool, Mondadori.... Grâce à ces partenaires, nous collectons le consentement de l’utilisateur à travers notre consent management platform, et dans le respect du TCF de l’IAB. Tout repose en premier lieu sur le consentement dûment recueilli auprès des consommateurs. C’est la condition pour pouvoir ensuite les engager de manière pertinente.

Ensuite chacun le sait : le mobile est stratégique pour les marques. Les utilisateurs y consacrent 5h en moyenne par jour et plus de 50% des connexions sur internet se font à travers les devices mobiles. Dans ce contexte, l’objectif est de proposer une expérience publicitaire et des contenus qui correspondent aux centres d’intérêt des consommateurs.

La publicité doit être pertinente, et reposer sur la confiance pour apporter une forte valeur aux utilisateurs comme aux professionnels du marketing.

En matière de consommation, on constate que le mobile est le premier point de contact avant l’acte d’achat. Les marques doivent donc leur proposer la bonne information à travers leurs contenus publicitaires. En parallèle, l’analyse de ces comportements spécifiques au parcours mobile permet d’alimenter en connaissance les marques et leurs agences. Le modèle d’Ogury repose sur cette connaissance et son activation afin d’engager le bon utilisateur. Nous travaillons sur des KPIs de type branding dans le cadre de campagnes video ou de performance afin de générer du trafic qualifié.

Que proposer aux publishers sur le mobile ?

L’utilisateur comprend que l’écosystème digital est financé par la publicité. Dans ce cadre, nous accompagnons historiquement les éditeurs dans le recueil du consentement avec notre CMP. Pour aller plus loin, nous avons lancé Fair Choice, qui fait plus que donner simplement le choix aux utilisateurs de partager ou de conserver leurs données en introduisant une troisième option, qui consiste à payer un prix juste pour une expérience sans contrepartie de partage de données ou publicitaire. Fair Choice n’est pas un label, c’est une option supplémentaire pour le consommateur et pour l’éditeur dans un contexte complexe.

Par ailleurs, le marché a encore un réel besoin d’accompagnement en matière de recueil du consentement. On constate notamment que, un an après la mise en place du RGPD, sur les 200 applications les plus utilisées en France, seulement 4 % permettent réellement à l’utilisateur de choisir s’il souhaite partager ses données ou non. Les éditeurs se mettent potentiellement en danger.

Pourquoi se consacrer à l’écosystème mobile et ne pas aller sur le drive to store ?

Nous partons du constat que le premier point de contact et de considération pour une marque est le mobile. Sur quelque activation media que ce soit – desktop, mobile ou en magasin – il s’agit bien sûr in-fine d’être le partenaire de la vente. Mais il s’agit avant tout d’engager l’utilisateur avec la marque, et notre maitrise de l’ensemble du parcours utilisateur sur mobile nous permet d’avoir une connaissance bien plus pertinente qu’une donnée de géolocalisation. On parle de plus de 5 heures de surf sur mobile au quotidien, cela donne accès à des insights bien plus puissants qu’une coordonnée GPS. Nous travaillons avec des marques qui pour beaucoup comptent des audiences jusqu’à 80 % mobiles. Le mobile est donc nécessairement un gros contributeur de la vente.

Pourquoi l’insight mobile prend de l’importance ?

De plus en plus de marques et d’agences travaillent sur des stratégies qui reposent sur de la data. Il s’agit donc d’accompagner ces acteurs pour une meilleure connaissance de leur audience ou de celle de leurs concurrents.

Un cas concret : dans l’automobile, l’impact des mandataires est considérable, prenant des parts de marché aux concessionnaires. L’enjeu pour ces derniers est donc d’identifier et adresser le bon message à un utilisateur susceptible de confirmer son acte d’achat chez un mandataire. Il s’agit d’insights clés pour les constructeurs et sur cette base ils peuvent réagir et proposer par exemple des services ou des garanties supplémentaires.

Un autre exemple concerne les moments de vie. Une banque peut ainsi analyser des comportements significatifs de consommateurs clients qui consultent des sites mobiles ou des applis liés au déménagement afin de leur adresser un message d’accompagnement ou de service lié à ce moment de vie. Deux exemples parmi de nombreux cas clients de ce que nous sommes capables d’apporter en termes de stratégie PRM ou CRM.

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Leonard Steger (Zeotap) : l’enjeu de l’identité ou comment proposer aux marques une vue déterministe off-on

    ...

  • L’achat programmatique et la publicité adressée en télévision en France, quels ajustements ?

    Tribune de Guillaume Belmas, CEO de Realytics, 2e partie...

  • Achats média : la tendance de l’internalisation, par Jérémie Bugard

    ...