Pub

Publicité native : pourquoi ça fonctionne ?

 

Par Manon Etchenique, responsable marketing chez Getfluence, plateforme européenne de mise en relation entre annonceurs et sites influents.

Pendant de nombreuses années, nous avons pu assister à l’essor considérable d’un certain type de publicité : les bannières et les fenêtres pop-up.

Formats publicitaires considérés comme intrusifs une grande part des internautes montre, consciemment ou non, une baisse d’attention portée à ces contenus catégorisés comme non pertinents. Ce phénomène porte un nom : le « banner blindness » !

Soucieux de franchir un cap dans la recherche d’annihilation de ces publicités, nous pouvons noter l’émergence d’une multitude d’extensions libres, telles qu’Ad Block Plus, offrant un meilleur confort de navigation.

SMARTPHONES: LE SUCCÈS DE L’AD BLOCKING

Tranquillité visuelle et mentale, économie de batterie ou encore navigation plus fluide, les avantages que présentent ces extensions libres sont multiples.

L’un des facteurs explicatifs du franc succès de ces ad blockers, notamment auprès de nos chers utilisateurs de smartphones, reste le fait que ces formats publicitaires ne sont clairement pas adaptés aux tailles d’écrans mobiles.

Il est indéniable que le temps de navigation passé sur internet via smartphones est en pleine explosion et c’est cas de le dire : selon une étude réalisée par AudienceProject la part de mobinautes Français ayant recours aux bloqueurs de publicité s’élève à 20% pour l’année 2018.

C’est la manifestation d’une intransigeance de plus en plus marquée, surtout pour une audience bien spécifique : celle des Millenials !

DISPLAY AD : LE BOYCOTT DES MILLENNIALS

Génération Y ou Millennials, vous l’aurez compris, en marketing il est impératif de prendre en compte ce public des plus exigeants ! Nés entre les années 80 et 2000, ils ont été bercés par les différents apports technologiques des dernières décennies. Ils sont également considérés comme les plus sensibles aux actions marketing.

Le mot d’ordre du domaine digital est évolution mais aussi adaptation, c’est pourquoi nous pouvons assister à une véritable inversion des tendances.

Quand le display Ad doit faire face à un ralentissement considérable sur PC, les Millennials viennent ajouter leur grain de sel avec l’augmentation d’installation des bloqueurs sur smartphones.

Ces formats publicitaires souffrent donc d’une perte d’intérêt sur les supports mobiles au profit de nouveaux et tout particulièrement le native advertising.

Petit zoom sur le native advertising :

C’est à coup sûr, le meilleur moyen de faire de la publicité efficacement avec des contenus sponsorisés. Respectant parfaitement la ligne éditoriale des sites supports sur lesquels ils sont publiés, un intérêt grandissant est porté aux native ads et particulièrement aux articles sponsorisés.

L’ENVOL DES ARTICLES SPONSORISÉS !

Pour la quasi-totalité des marques, la course à l’activation des différents leviers d’acquisition de trafic est lancée. Les plus minutieux tendent à aller plus loin que cette simple quête de trafic en recherchant la qualification de celui-ci. Dès lors, l’article sponsorisé apparaît comme un format pertinent.

En plus du trafic de qualité apporté, avec les possibilités de backlinking (lien externe pointant vers un site internet), le référencement naturel n’en est que meilleur. Aussi, une dimension de réelle influence est insufflée avec la possibilité de partage des articles sur les réseaux sociaux des éditeurs. En effet, parce qu’ils sont engagés envers une communauté active et ciblée, cela permet d’apporter de la crédibilité et de l’authenticité au contenu sponsorisé. On peut aussi noter un rayonnement plus large auprès d’autres publics.

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Publicité digitale : six tendances pour 2019

    C'est la fin de l'année, et comme chaque année nous publions nos tendances. Elles sont  issues du book du marketing digital 2019, que nous avo...

  • Le podcast, futur incontournable du plan media ?

    David MG / Shutterstock2018 est incontestablement l’année du podcast natif.Popularisé au milieu des années 2000 par Apple (et son i...

  • Benoît Oberlé (Sirdata) : le consentement donne plus de sécurité à la data

    ...