Contenus

Les 7 principes de la culture Data selon Mc Kinsey

Credit Shutterstock Dmi T

 

La culture data ne s’impose pas, ne s’importe pas et ne s’isole pas...

Les organisations peuvent accélérer et amplifier l’application des analytics à condition de respecter 7 principes plaide Mc Kinsey :

1- La culture Data est une culture de décision :

Selon Rob Casper, chief data officer chez JPMorgan Chase la culture de la data s’attache avant tout à résoudre des problèmes business. Elle doit produire des résutats effectifs pour l’entreprise. La data doit produire de meilleures décisions selon Cameron Davies, head of corporate decision sciences, NBCUniversal (NBCU).

2- La culture Data implique un engagement du CEO et du Board

Au delà de l’effet d’annonce et des déclarations d’intention épisodiques, la Data necessite un vrai engagement du CEO. Pour ce faire la data doit apporter sa contribution à de décisions à plus de 1 milliards de dollars.

Selon Takehiko Nagumo  de Mitsubishi il est impératif que le Board ait une culture Data et soit maintenu régulièrement aux courant des progrès des projets data.

Par ailleurs, pour que la culture Data réussisse, le Senior Management doit promouvoir la transparence à tous les étages.

3- La culture Data doit être démocratique

Pour créer un avantage compétitif il faut savoir cultiver la demande de data à la base. Selon Ted Colbert, CIO de Boeing. La démocratisation de la data implique une plateforme facilement accessible.

Les gens ont besoin de croire en la data avant de changer leurs comportements.

4- La culture data doit être sécurisée

Elle doit être évaluée à l’aune des risques de l’entreprise et des politiques de vie privée. L’usage et la data science s’accompagnent inévitablement de règles.

5- La culture data a besoin de catalyseurs

Elle nécessite des interprètes entre le terrain et les data scientists capable de parler aux deux mondes et situés à tout niveau de l’organisation.

Paradoxalement les meilleurs agents de changement ne sont pas forcément des Digital Natives.

6- La culture data est un avantage compétitif “propriétaire”

Pour les organisations sophistiquées, les outils, les process, l’organisation et les données extraites constituent un avantage économique “propriétaire”.

Il est important d’examiner toute initiative de partage de données à l’extérieur avec vigilance et bien établir la valeur des “réciprocités”...

Le coeur de l’avantage compétitif data et des ressources doit être internalisé, la data first party doit rester propriété de l’organisation.

7- La culture data est un mariage de talents

La concurrence est rude pour les talents data. La mise en place d’une culture data implique un mariage habile entre l’import de talents extérieurs, la transformation de talents existants et souvent des mix inédits de cultures diverses.

Enfin, les expertises fonctionnelles nécessaires doivent être examinés avec précision et la mise en place de duos à succès fonctionnels-opérationnels favorisée.

Plus d'articles Contenus

+ TOUS LES ARTICLES Contenus
  • Etienne Drouard (K&L Gates) – RGPD : on peut faire de la compétition économique sans renoncer à la vie privée

     ...

  • Intelligence artificielle et marketing : pourquoi on doit se poser des questions d’éthique

    Têtes de Socrate en rendu 3D - VictorVector / Shutterstock Par Volha Litvinets, chef marketing de recherche chez ...

  • Ils ont dit 2018 : 25 phrases qui ont marqué l’année digitale

    Credit Shutterstock Aaron AmatPetites et grandes phrases. Pertinentes ou prophétiques. Voici 20 phrases qui ont marqué l’année digitale...