Mobile

Comment pensent les disrupteurs ?

Credit Shutterstock IQoncept

 

Beaucoup de gens se gargarisent de "disruption" mais le véritable disrupteur est un être rarissime.

C’est en fait une combinaison de facteurs distinctifs et souvents introuvables chez la même personne.

Le disrupteur fait souvent l’effet d’un voyageur du futur. Dans nos sociétés complexes et face à des consommateurs saturées de besoins, la disruption reste pourtant ce qui nous pousse en avant et change le destin des sociétés.

Mais comment naissent les grandes idées et comment fonctionnent les disrupteurs ?

Loin des clichés du hacker génial, voici quelques indices collectés dans l’histoire de grands disrupteurs comme Steve Jobs, Elon Musk, Muhammad Yunus, Reed Hasting, Naval Ravikant ou Brian Chesky.

Plongée dans l’esprit des grands disrupteurs :

1- Le goût de la fascination

Fruit d’une curiosité intense. La propension à la fascination mais aussi la capacité à s’émerveiller donc la possibilité de regarder le monde avec un regard d’enfant est l’une des qualité les plus importante des disrupteurs.

Souvent insatisfaits, ils cultivent intensément la recherche de la surprise, c’est ce qui leur permet de trouver avant leurs concurrents le design, les matériaux, l’ingrédient, la combinaison d’un produit ou d’un service unique. Exigeants, Ils posent les questions les plus dures, et ils creusent généralement plus profond. Steve Jobs avait par exemple l’habitude de vérifier minutieusement le design et la patine des vis “intérieures” des ordinateurs NeXT

La fascination est le ferment de l’imagination.

2- La capacité à changer les règles

La capacité à changer les règles est beaucoup moins simple et évidente qu’il n’y paraît. Elle requiert un mix d’optimisme, de naïveté mais aussi un pouvoir peu répandu de challenger les règles et les hypothèses souvent gravées dans le marbre d’un business ou d’une industrie.

Pour les disrupteurs et les sociétés cela réclame donc la possibilité de mettre tous les sujets et toutes les hypothèses sur la table.

La capacité à changer les règles implique pour l’innovateur ou le dirigeant la possibilité de pointer du doigts les angles morts de ses produits, services ou organisation. Elle demande donc, paradoxalement, abnégation et modestie.

3- L’échec intelligent

Il faut se laisser la possibilité d’échouer rapidement...Et à faible coût.

Mais se garder la possibilité d’échouer n’exclut pas d’avoir un but, une vision concrète des résultats à atteindre et une concentration réelle sur un objectif ou une invention.

L’échec doit aussi être vécu comme un apprentissage continu. Après chaque échec il est important d’analyser ses causes, ce qui s’est bien passé et les leçons retenues pour l’avenir.

L’échec intelligent est aussi un exercice d’humilité. Il doit servir à valider ou invalider vos certitudes et vos hypothèses. Vous ne pouvez avoir raison éternellement face au reste du monde.

4- Une intelligence qui ondule

C’est aussi l’un des attributs les plus admirés de l’intelligence d’Elon Musk, sa capacité de relier entre eux différentes industries, différentes technologies, différents modèles économiques pour réinventer une industrie d’une manière inédite.

Cette capacité à faire des ponts, à relier les choses entre elles est une friction permanente entre la curiosité et l’imagination.

5- Le facteur 10X

Les grands disrupteurs possèdent, chevillée au corps  et au delà d’une imagination et une curioisité native, une capacité -qui n’est pas aussi répandue- de voir grand, d’envisager un marché plus grand ou un tout nouveau marché, 10 fois plus grand que le précédent.

Ils possèdent également la capacité d’organiser le potentiel d’une idée à travers une exécution systémique.

En ce sens, les grands disrupteurs sont aussi de grands bâtisseurs.

6- La vélocité dans l'innovation

Il ne suffit pas de planter un drapeau dans le futur. Il faut inventer et dessiner un chemin pour y aller. Dans un monde en phase d’accélération permanente la vélocité et le time to market sont des facteurs clés de succès.

La complexité de la vélocité tient aussi à une complexité d’exécution. Toute mise sur le marché d’un service, d’un produit ou d’une technologie disruptive réclame une vélocité interdisciplinaire.

7- Un état d’esprit offensif

Un état d’esprit offensif le terreau d’un disrupteur. C’est une insatisfaction, un refus du compromis, le sentiment intime d’une expérience client manquante qui fonde l’esprit de start-up qui doit animer l’introduction d’innovation disruptrice.

Plus d'articles Mobile

+ TOUS LES ARTICLES Mobile
  • La voiture premier vecteur de croissance des paiements connectés

    Credit Shutterstock Ico MakerLe marché des paiements via objects connectés passera de à 24,5 milliards de dollars en 2018 à 410 milliard...

  • La dernière guerre des écrans ?

    en experts des business models asymétriques  gagner sur les deux tableaux : OEM et publicitaire et détrôner la sacro-sainte Télé des foyers...

  • Forrester : quelles prévisions pour 2019 ?

    Credits Shutterstock MONOPOLY919L’institut d’étude Forrester livre ...