Mobile

Interfaces cerveau-machine (BMI) : un marché de 19 milliards de dollars en 2027

De la science fiction à la réalité, les Interfaces cerveau-machine ou Brain Machine Interfaces (BMI) pourraient représenter un marché global de 19 milliards de dollars à l’échéance 2027 contre 2,4 milliards de dollars en 2018 estime Juniper Research dans sa dernière étude.

Les Interfaces hommes machines servent dans les domaines de la santé et du grand public à mesurer et agir sur les signaux du cerveau via la technologie.

Selon l’étude 78% des cas d’usages en 2027 seront médicaux. Des progrès permis pas le déploiement de technologies et innovations avancées en matière de vision artificielle et de contrôles prosthétiques.

Parmi les usages courants d’interfaces cerveau-machine identifiés à cette date, Juniper recense :

  • Le contrôle de la concentration
  • Les implants cochléaires
  • Les outils d’optimisation du sommeil

L’usage de nouvelles technologies d’électroencéphalogramme (EEG) deviendra courant dans l’industrie pour surveiller les états de fatigue. Selon l’étude les BMI remplaceront à terme les capteurs sur bracelets connectés dans les environnements industriels à haut risque.

L’étude estime enfin que les cas d’usages grand public telles que les aides à la méditation complémentés par des interfaces de réalité mixtereprésenteront un pourcentage minime des terminaux vendus passant de 1% du marché en 2018 à 6% en 2027.

Le prix moyen des interfaces cerveau-machines (BMI) grand public devrait se situer aux alentours de 270 dollars alors que le prix moyen des équipements de BMI médicaux s'élèvera à cette date à 11570 dollars.

 

Plus d'articles Mobile

+ TOUS LES ARTICLES Mobile
  • Comment pensent les disrupteurs ?

    Credit Shutterstock IQoncept Beaucoup de gens se gargarisent de "disruption" mais le véritable disrupteur est un être rarissime. ...

  • La fin de la décision

    Credit Shutterstock pathdocNous vivons un bouleversement boutons de réapprovisionnement, choix de playlists, choix de lectures, apps de dat...

  • Thomas Papadopoulos CEO de French Bureau : “Notre objectif : devenir le Google-X des grandes entreprises en France et à l’étranger”

    ...