E-Commerce/Paiements

Commerce connecté : 4 tendances pour 2018

Nous avons publié le book by Viuz 2018 , comme l’année dernière. Les grands domaines du marketing digital sont passés au peigne fin : tendances, cas, chiffres, articles de fond, interviews. Nous vous proposons aujourd'hui les tendances du commerce connecté. 

 

Plus de 90 % des achats s’effectuent encore en magasin.
Or, selon Google, entre 70 % et 80 % des achats offline sont
néanmoins influencés par les recherches online. C’est ce qu’on
appelle l’effet ROPO pour Research Online et Purchase Online.
Ces dernières années, la progression des technologies de
géolocalisation mobile, les premières expériences d’objets
connectés, la mise en place d’analytics in-store, la digitalisation
des points de vente et une meilleure compréhension des
parcours d’achats online et offline ont accéléré le développement
du commerce connecté et des techniques de drive to store.
De l’onboarding au geofencing en passant par le retargeting
en magasin, les retailers disposent désormais d’un arsenal
sophistiqué et de leviers inédits pour fluidifier et optimiser
l’expérience et les parcours de commerce omnicanal.
À terme, c’est l’ensemble de l’infrastructure des retailers
de la supply chain au point de vente mobile qui sera
transformé afin de proposer en temps réel une véritable
expérience de commerce unifiée aux clients.

DRIVE TO STORE ANALYTICS

Le drive to store est une tendance de fond depuis quelques années.
L’enjeu était de pouvoir mesurer son efficacité au-delà du couponing.
En 2018, les solutions de drive to store analytics devraient
s’installer dans le paysage. Elles permettent de suivre, et du coup
d’optimiser, le flux en point de vente, mais aussi de connaître
l’origine de ce flux (web, mobile et dorénavant voie publique)
et même son devenir après le magasin. Le magasin devient
un média, il dispose de critères de suivi comme la conversion,
mais aussi le taux d’engagement, la répétition. Les marques, les
foncières, la distribution, mais aussi les médias, dont le mobilier
urbain, disposent d’outils clés face aux GAFA.

PAIEMENT MOBILE : LA LUTTE FINALE

Le paiement mobile constitue la dernière brique de l’expérience
connectée de l’acheteur. Pour en tirer parti, les marchands
devront proposer une expérience fluide et sans couture de
la recherche à la découverte et jusqu’à l’achat.
Le paiement mobile s’imposera progressivement dans les
usages : le nombre d’utilisateurs devrait atteindre le milliard
en 2021. D’ores et déjà, 194 banques ont mis en place
la technologie dédiée (HCE) et 36 % des magasins supportent
Apple Pay aux États-Unis à la fin de 2016. Et le marché est pour
l’heure dominé par Apple Pay qui réunira 86 millions d’utilisateurs
fin 2017, devant Samsung Pay (34 millions) et Android Pay (24
millions). (Source : Juniper Research- avril 2017.)

FUSION OMNICANALE, NOUVEAU PARADIGME CENTRÉ SUR  L’UTILISATEUR

Après le multicanal, voici venu l’omnicanal ! On passe du paradigme
du canal à celui de l’utilisateur avec un projet ambitieux,
puisque l’omnicanal, c’est le cross-device + le phygital.

Le cross-device : une étude Criteo, de février 2017, montre
que les achats sont multi-terminaux. 45 % des transactions
concernent désormais deux appareils ou plus. L’observation
doit donc être portée non sur le device, mais sur l’individu.
Et cela tombe bien : l’analyse cross-device démontre que les
consommateurs convertissent davantage (la vue cross-device
centrée utilisateur montre un taux de conversion 1,4 fois supérieur
à la vue device-centric). C’est que pour optimiser son
temps, l’acheteur varie l’utilisation des appareils (ordinateur,
mobile, tablette) tout au long de la journée.
Le phygital va au-delà des écrans, il consacre même la fusion du
virtuel et du physique. Concrètement, plusieurs étapes, pas
forcément successives, sont concernées : le digital to store, le
digital in store et le store to digital.

MAGASIN : LA VIE DURE

On a longtemps cru que le digital ferait disparaître le magasin. Or,
plus de 20 ans après l’arrivée du digital grand public, les ventes en
ligne représentent en France à peine plus de 8 % du commerce.
Le magasin demeure un actif incontournable. D’après une
étude Adobe, seuls 13 % des responsables dans le secteur de la
grande distribution considèrent leur entreprise comme digitale
avant tout… Le secteur de la distribution n’en connaît pas moins
de fortes perturbations. Signal majeur : juin 2017, Amazon annonce
l’acquisition pour 13,7 milliards de dollars de la chaîne
Whole Foods Market, la chaîne de 460 magasins leaders aux
États-Unis dans l’alimentaire bio. En face, Walmart annonce une
alliance avec Google. En France, en septembre 2017, Les Galeries
Lafayette rachètent La Redoute, qui, après des années de crise,
a réussi son retournement. Ce n’est que le début. Les usages
et les modèles économiques changent. 2018 verra l’accélération
de la recomposition en cours.

Pour vous procurer le book by Viuz 2018 (105 euros ttc) merci de nous écrire à team@viuz.com

Plus d'articles E-Commerce

+ TOUS LES ARTICLES E-Commerce
  • Amazon Prime Day 2018 : 10 chiffres à retenir

    6- Importants les shoppers Amazon Prime ? Chez Amazon, les shoppers Prime représentent les deux tiers du chiffres d’affaires au deuxième ...

  • Etude : les mutations du parcours d’achat

    Credit Shutterstock Nicolas StanisicLe parcours d’achat n’est plus linéaire. Il évolue constamment y compris dans la multiplicité et ...

  • AxioSquare, Startup Studio d’Axionable dédié à l’Intelligence Artificielle

    L’objectif est clair : mettre à disposition des jeunes startups et des grandes entreprises les ingrédients nécessaires à la réussite d...