Pub

Big Tech : les GAFAS sont-ils en train de privatiser le scale ?

Comme le démontre Benedict Evans d'Andreessen Horrowitz dans un post récent sur son blog , à l’ère des Smartphones, les GAFAS ridiculisent l’ère WinTel en affichant un “Scale” 10 fois supérieur.

Supersize Me

Selon son analyse, Google, Apple, Facebook et Amazon affichent un chiffre d’affaires 3 fois supérieur à l’entité Windows + Intel et 6 fois supérieur à IBM. Ils investissent beaucoup plus, et embauchent (pour certains) plus d’employés que la génération précédente de leaders tech.

Comparés à l’apogée Wintel, c’est à dire la période 1990-2001 les GAFAS afficheraient un scale  en termes de revenus 10 fois supérieur.

Des proportions, une taille de marché et des business models différents qui leur permettent de réaliser leurs propres puces électroniques et graphiques et attaquer des marchés jusque là préservés comme les 1 300 milliards de dollars de l’industrie automobile.

Selon Benedict Evans l’aspect véritablement fascinant du marché des GAFAs est que malgré la concurrence acharnée que se livrent les quatre acteurs aucun ne parvient à disrupter l’avantage compétitif de ses rivaux : Amazon ne peut pas faire un système d’exploitation aussi bon qu’Apple et Apple ne peut pas créer un moteur de recherche supérieur à Google.  

Comment font les souris quand quatre éléphants se battent ?

La taille, la puissance et l’impact des Big Four font que même des sociétés comme GoPro et Sonos peuvent se retrouver coincées et devenir des fournisseurs de gadgets rapidement commoditisées si elle n’étendent pas leurs marques et savoir faire dans le cloud et le logiciel pour profiter des effets de réseaux.

Par ailleurs estime Benedict Evans, la compétition que se livrent Google, Facebook et dans une moindre mesure Amazon a ôté l’oxygène des autres acteurs de la publicité

Des Gafas durables ?

Hypervigilantes, ces sociétés disposent de solides assises et de 20 ans d’historique. Elles ont résisté et embrassé la disruption du mobile et savent mieux que quiconque racheter les futurs unbundlers de l’écosystème -sans les tuer.

Demain : la disruption privatisée ?

"La disruption ne marche plus si tout le monde a lu le livre" et les GAFA ont déjà sorti des cohortes de chercheurs en Machine Learning du marché.

Le célèbre VC Chris Dixon considère ainsi les GAFA comme des “Organismes super évolués” et selon Benedict Evans, ils sont aujourd'hui beaucoup plus puissants que Microsoft ne l’a jamais été.

Pourtant, les leçons de Nokia qui possédait la moitié du marché mobile et IBM celui du mainframe montrent que les marchés changent et que les avantages compétitifs ne durent pas. Les GAFA en sont d'ailleurs très conscients et investissent massivement sur de nouveaux marchés pour ne pas manquer la prochaine vague.

“Les choses changeront” insiste Benedict Evans. Difficile de  néanmoins de trouver un marché aussi massif, prometteur et hyperscalable que celui des 5 milliards de smartphones...

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Amazon, la publicité et le parcours client : 9 questions à Edouard Dinichert

    d'après diverses sources, le chiffre d'affaires dépasserait les 1,65 milliards de dollars en 2017, pour ne parler que des Etats-Unis. Dans ce ...

  • Etude : 420 milliards d’euros pour la pub digitale en 2022. 75% boostée à l’IA

    ...

  • Yohann Dupasquier (Tradelab) : “Nous entrons dans l’ère du programmatique augmenté”

     ...