Pub

La Big Interviuz : Mats Carduner (fifty-five)

Mats Carduner, CEO de fifty-five depuis 2010 et ancien Directeur Général de Google France a accepté de se soumettre à la Big Interviuz.

Portrait d'une sensibilité digitale :

Viuz : Votre première émotion digitale ?

Mats Carduner : Le premier live d’un événement sportif sur Internet, dont j’ai moi-même été acteur.

Il y a 20 ans je couvrais le Vendée Globe pour le compte d’Infonie, un des tous premiers fournisseurs d’accès Internet en France. Nous étions sponsor du navigateur Bertrand de Broc, qui devait nous faire vivre sa course en direct, en nous envoyant des photos et des messages audio. Ce qui paraît aujourd’hui une évidence, était à l’époque un exploit technologique. Au bout de 8 jours de silence radio qui nous laissaient craindre la grosse défaillance technique, nous recevons le premier message sonore du skipper : une voix éraillée du bout du monde nous racontant le Pot au Noir et les poissons volants à l’approche de l’équateur…. un fichier mp3 que nous mettons immédiatement en ligne pour quelques dizaines d’abonnés passionnés qui nous suivaient. Ce message, qui me reste encore en mémoire aujourd’hui, était comme une voix venue du fin fond de l’espace, un exploit digital avec une dimension aventureuse poétique.

Viuz : La société Tech que vous admirez le plus ?

Mats Carduner : SpaceX, la société d’Elon Musk. Le voyage spatial, c’est l’aventure humaine ultime. Et au niveau technologique, ça se pose là…

Viuz : Ce qui vous plaît le plus dans le digital ?

Mats Carduner : Tout le monde peut avoir son quart d’heure de célébrité de Wharol. Autrement dit chacun peut être auteur, compositeur, photographe, éditeur, et trouver instantanément une audience et une reconnaissance.

Cette semaine, une photo que j’avais publiée sur un site de fans de Leica a été reprise sur le compte Instagram officiel de Leica. Résultat : 18.000 likes en quelques heures ! D’ailleurs n’hésitez pas à me suivre @matsramgram 😉

Viuz : Ce qui vous plaît le moins dans le digital ?

Mats Carduner : On ne joue plus aux osselets ou aux billes dans les cours de récréation. Ce qui me préoccupe dans le digital c’est la disparition du rapport aux objets en trois dimensions.

De même, certaines utopies qui ont guidé ma passion du digital peuvent se révéler trompeuses ou dévoyées : l’intelligence collective qui glorifie le sensationnel ou le superflu, la curation qui cède aux fake news, le prédictif qui détruit la sérendipité, les algorithmes qui concurrencent la créativité, l’accès universel à la connaissance qui aplanit le monde et réduit le libre arbitre, le monde en réseau qui horizontalise les sociétés et détruit leurs structures verticales, les réseaux sensés favoriser le lien social mais développant le narcissisme, l’intelligence artificielle sensée augmenter l’esprit mais mettant en sommeil l’esprit critique, le monde ouvert enfermant les gens dans leurs « filter bubbles », le quart d’heure de Wharol pour les psychopathes, etc. Nous avons le devoir d’être des optimistes vigilants.

Viuz : Quelles sont vos inspirations en terme de business et au-delà ?

Mats Carduner : Si je devais choisir une société : Lego. A partir d’un brevet, invente un produit universel, imaginatif et créatif, avec une mission simple (inspirer et développer le potentiel des constructeurs de demain). Au bord de la faillite, renaît de ses cendres en se focalisant sur ses produits historiques, ses clients et en embrassant la révolution Internet.

Si je devais choisir une personne : Claude Perdriel, entrepreneur génial, visionnaire, ingénieux, volontaire, bienveillant, humaniste, cultivé, hédoniste.

Viuz : Un livre qui vous a marqué ?

Mats Carduner : Dune (Frank Herbert)

Viuz : Votre dernier achat sur Internet ?

Mats Carduner : Le renouvellement de ma licence Adobe Lightroom Creative Cloud.

Viuz : Pour vous l’objet du désir digital ? (le service qui n’existe pas et vous souhaiteriez inventer)

Mats Carduner : Une application universelle pour les objets trouvés.

Viuz Votre dernière apps téléchargée ?

Mats Carduner : Bim, une application qui permet de réserver et de régler une bonne table, à la dernière minute.

Viuz : Complétez la phrase : Pour que le digital accélère en France il faudrait  … ?

Mats Carduner : Pour que le digital accélère, il faut de l’innovation. Pour qu’il y ait de l’innovation, il faut du financement. Une mesure simple consisterait à permettre de mobiliser une toute petite partie des encours de l’assurance-vie pour le capital-risque. Une autre consisterait à simplifier et pérenniser le Crédit d’Impôt Recherche.

Viuz : Votre messagerie ou réseau social préféré ?

Mats Carduner : 500px

Viuz : Votre pire prédiction digitale ?

Mats Carduner : Quand les téléphones portables ont commencé à être équipés d'appareils photos, je me suis dit que personne ne ferait de photos avec un mobile...

Viuz : Votre pire cauchemar digital ?

Mats Carduner : Depuis 30 ans, les frontières entre le réel et le virtuel s’estompent de plus en plus. Mon cauchemar digital serait une hyper-réalité sur-marchandisée avec publicité programmatique complètement déficiente. Un avant-goût dans cette fiction de Keiichi Matsuda.

Viuz : Votre plus forte conviction digitale ?

Mats Carduner : Le digital est une vraie révolution industrielle et sociétale qui emporte tout. Il faut des garde-fous réglementaires, éducatifs et éthiques pour en maîtriser (un tant soit peu) l’impétuosité.

Viuz : Votre Digital Detox préféré ?

Mats Carduner : Une journée en bateau ou une promenade photographique

Viuz : Qu’avez-vous appris cette année ?

Mats Carduner : Qu’un Cygne Noir peut être jupitérien.

Viuz : Combien de mails recevez-vous par jour ?

Mats Carduner : Environ 200 côté boulot. Beaucoup moins que du temps de Google 🙂

Viuz : Votre conseil aux entrepreneurs ?

Mats Carduner : Pas trop tôt, pas trop tard.

Viuz  - La phrase qui vous porte ?

Mats Carduner : La vie est courte, l’art est long, l’occasion fugace, l’expérience trompeuse, le jugement difficile (Hippocrate)

Plus d'articles Pub

+ TOUS LES ARTICLES Pub
  • Big Tech : les GAFAS sont-ils en train de privatiser le scale ?

    Andreessen Horrowitz dans un post récent sur son blog , à l’ère des Smartphones, les GAFAS ridiculisent l’ère WinTel en affichant un “S...

  • Pour être disruptif en display il faut retourner 270 ans en arrière !

    ...

  • Laurence Bonicalzi Bridier (Le Monde) : nous ne vendons plus des espaces nous racontons des histoires à des audiences

    Laurence Bonicalzi Bridier intervient à Marketing Remix le 9 novembre. >> S'inscrire ici !Peps ! Nous avons rencontré Laurence Bon...