E-Commerce/Paiements

Philippe Corrot, Mirakl «Les places de marché sont le seul moyen de faire de l’E-commerce d’une manière rentable»

Philippe Corrot est PDG et co-fondateur de Mirakl, une société française spécialisée dans les logiciels de Place de marché créé en 2011. Fondateur de Keyrus il a créé sa société avec Adrien Nussenbaum son complice de Split Games revendu à la FNAC en 2008.

Les places de marché sont aujourd’hui en plein essor, selon les chiffres de la Fevad, le marché français des places de marché représente 18% du volume des sites d’e-commerce avec une croissance de 40% sur un an au premier trimestre 2014.

Mirakl qui emploie 40 personnes dont 40% d’ingénieurs et de personnels techniques compte aujour’dhui comme références Les Galeries Lafayette, Nature&Découvertes, Darty, Mistergooddeal, eou encore Konga au Nigéria. La société a levé 2,5 millions d’Euros en 2012 auprès d’investisseurs tels que Xavier Niel , Laurent Dassault et Elaia Partners, à l’occasion d’un premier tour de table mené par Mark Oiknine chez Alpha Capital Partners.

Philippe Corrot a reçu Viuz pour partager ses perspectives sur l’évolution des places de marché.

VIUZ : Comment se porte Mirakl ?

Philippe Corrot : On a triplé nos équipes en un an et on connait une croissance tout aussi forte. Nous sommes aujourd’hui présents à l’étranger dans 10 pays avec des bureaux à Londres et New York.

En plus d’accompagner les leader du retail Européèns, nous équipons de grands retailers internationaux comme Woolworth le 6ème retailer mondial en Australie et en Nouvelle Zelande et aussi l’un des plus gros retailers turcs.

VIUZ : Vous avez récemment intégré les BitCoins dans votre solution de MarketPlace, pourquoi ?

Nous cherchons toujours à anticiper les demandes de nos clients et prospects quelles qu’elles soient. Je n’ai pas forcement de conviction personnelle sur les bitcoins mais je considère simplement les Bitcoins comme une monnaie et l’intégration du paiement en Bitcoin visait avant tout à prouver notre agilité.

VIUZ : Quelles sont les tendances que vous observez depuis 8 ans sur les places de marché ?

Au-delà de l’essor formidable des places de marché impulsé par Amazon chez qui les Marketplace représentent 40% du CA, Ce que j’ai pu constater, c’est la formidable démocratisation du concept. Il faut savoir qu’en 2006 c’était un modèle qui paraissait inadapté, voire carrément contre-intuitif : héberger des concurrents, laisser des clients à des inconnus.. Or il s’est révélé que les places de marché étaient tout simplement le seul moyen pour les E-commerçants de faire du commerce de manière rentable.

En tant que fils de commerçants je connais bien le commerce physique et la distribution, toute ma famille est dans le commerce (Prêt à porter, Bijouterie) etc... Mais les lois de l’internet ne correspondent pas aux lois de la vente physique. Au départ, comme dans la distribution, la plupart des e-commerçants croyaient qu’en accroissant leurs ventes ils allaient pouvoir augmenter leurs marges mais ils ont du réinvestir encore plus massivement en acquisition, logistique, stocks et services clients ce qui a pesé mécaniquement sur la rentabilité. En bref, plus ils grossissaient plus ils perdaient de l’argent.

L’extension des places de marché répond à l’incapacité structurelle des E-commerçants à être rentables avec leurs ventes directes.

La deuxième tendance que j’ai pu constater c’est la professionnalisation croissante des vendeurs de places de marché qui sont de plus en plus de grands acteurs hyper professionnels comme Sony ou Webdistrib.

VIUZ : Qu’apporte concrètement l’ajout d’une place de marché à un site E-commerce ?

D’abord il faut comprendre que les places de marché correspondent intrinsèquement à l’ADN d’internet qui est la mise en relation des gens.

Ce que nous avons constaté sur note plateforme c’est que les Marketplaces, à condition d’être correctement mises en place -comparez par exemple la formidable intégration d’ Amazon à celle de BestBuy qui est introuvable- permettent d’augmenter en moyenne de 20 à 35% les volumes des sites d’Ecommerce avec une meilleure rentabilité que la boutique web classique.

Elles constituent également un canal d’acquisition et de fidélisation. Avec une place de marché, on ne laisse plus le client partir parce qu’il ne trouve pas le bon produit au bon prix. Chez certains marchands, le taux de satisfaction sur les places de marché est supérieur au taux de satisfaction observé en vente directe.

Les Marketplaces représentent aussi un formidable laboratoire d’observatoire des tendances. Par exemple chez la Fnac, la partie jouet a été testée en place de marché avant d’intégrer les boutiques physiques Fnac.

Enfin elles ont un impact non négligeable sur le multicanal ne serait-ce que par les visites et le « Foot trafic » induit par la livraison en magasin.

VIUZ : Quelles sont vos perspectives sur le futur de l’E-commerce ?

Notre vision c’est que l’e-commerce sera dominé dans 5 à 7 ans par trois types d’acteurs :

1- Les Mastodontes : 1,2 ou 3 Pureplayers tels Amazon, Alibaba ou Rakuten massivement généralistes avec des centaines de millions de référence .

2- Les « Click and mortars » : tels Auchan, Darty et la Fnac qui continueront à vendre dans les magasins et dans le multicanal.

3- Les ultra spécialistes : de type vélos, pneus, matériels informatiques

Pour l’ensemble de ces acteurs j’estime que les MarketPlaces représenteront de 25 à 60% de l’activité e-commerce.

Plus d'articles E-Commerce

+ TOUS LES ARTICLES E-Commerce
  • Les données de paiement sous l’œil de la CNIL

    ...

  • On the loop ? Conjuguer contrôle humain et automatisation – L’exemple de Google ads

      Par Mike Ryan, Head of Retail Insights at Smarter Ecommerce (Smec) / Adaptation : Cedric Stucki, Directeur général Smec France ...

  • Economie circulaire et nouveaux modèles : retour sur le dîner-débat du Retail Club

    Le 19 octobre se tenait le premier dîner organisé par Viuz, dans la cadre du Retail Club - dont le premier acte était la conférence >>...