Contenus

Roxane Adle-Aiguier (Orange) : l’IA doit être durable, responsable, inclusive et éthique

A l'occasion de la publication du guide des bonnes pratiques du collectif Impact AI, dont fait partie Orange, nous avons échangé avec Roxane Adle-Aiguier, Head of Digital Society Research Domain chez Orange. Elle nous raconte son engagement pour une IA responsable, loin des polémiques de discrimination dont on peut parfois entendre parler.


L'IA et Orange - quelle relation ?

L’IA n’est pas un sujet nouveau chez Orange. Cela fait maintenant une trentaine d’années que nos chercheurs travaillent sur les réseaux neuronaux (ex. nos travaux sur la reconnaissance et synthèse de la parole pour nos Répondeurs Vocaux Interactifs –RVI ou IVR- ancêtres des Bots d’aujourd’hui), et une quinzaine d’années sur les approches modernes du Deep Learning.

L’IA est aujourd’hui au cœur de notre plan stratégique Engage 2025, afin d’accompagner l’entreprise dans l’amélioration de son efficacité opérationnelle.

Pour cela, notre objectif est de faire d’Orange une entreprise « Data-driven », c'est-à-dire de faire en sorte que les données et l’IA irriguent tous les processus de l’entreprise, pour la rendre plus agile et plus performante. L’IA apportera une meilleure aide à la décision pour les collaborateurs d’Orange, et une meilleure automatisation pour ses systèmes techniques.

Nous avons donc défini 4 domaines prioritaires pour le développement de l’IA et des services de données chez Orange afin d’avoir :

  • des réseaux plus intelligents : adaptatifs, efficients, résilients, durables et sécurisés, grâce à l’IA ;
  • une expérience client réinventée : simplicité, expertise, pour un parcours client fluide, grâce à l’IA ;
  • une meilleure efficacité opérationnelle : pour un Orange plus profitable, grâce à l’IA ;
  • une IA responsable et respectueuse des clients, des salariés d’Orange, de la société et de la planète.

Notre approche du numérique en général et de l’IA en particulier est donc avant tout responsable. Il ne s’agit pas de développer de nouvelles technologies et se soucier à a posteriori des impacts qu’elles pourraient avoir sur l’entreprise et plus largement sur la société. Nous sommes de ceux qui pensent que l’utilisation de l’IA doit être durable, responsable, inclusive et éthique.

A ce jour, nous avons recensé environ 300 projets consacrés à l’IA dans le Groupe, au niveau mondial. Deux tiers de ces projets sont consacrés à l’efficacité opérationnelle, le tiers restant est partagé entre l’expérience client et l’innovation de nos services. En termes de maturité, un tiers est déjà en production, le reste est réparti entre la « recherche » sous forme de « preuves de concepts » et « expérimentations ».

Dans le but d’améliorer le service que nous offrons à nos clients, nous développons des outils basés sur l’IA dans différents domaines. Ainsi dans le domaine réseau, ces outils nous permettent par exemple :

  • d’optimiser la planification réseau,
  • d’améliorer la qualité de service, en anticipant les engorgements sur nos réseaux,
  • de détecter les fraudes et incidents de sécurité.

Dans le domaine de la relation client, l’IA nous permet de :

  • développer des outils pour mieux connaitre nos clients, mieux répondre à leurs besoins et concevoir des offres personnalisées,
  • concevoir des agents virtuels pour mieux accompagner nos clients dans leurs parcours (comme avec Orange Bank ou encore avec la TV d’Orange).


Formation : quel rôle ?

La transformation des entreprises par l’IA et la data ne peut réussir sans une transformation humaine, et des compétences. Cette transformation est stratégique pour Orange, et c’est pour cela que nous avons fait du défi des compétences l’un des piliers de notre plan stratégique Engage 2025, afin de construire l’entreprise de demain.

Concrètement notre ambition est de développer dans tous nos métiers, la pratique et les usages de la data et de l’IA éthique et responsable. C’est pourquoi nous avons lancé un grand programme de formation, avec notre entité Orange Campus Data + IA, pour donner à chacun l’opportunité de comprendre les enjeux dans ces domaines et d’approfondir ses connaissances. Nous proposons ainsi des modules personnalisables et séquencés suivant 3 grands enjeux :

  • Je découvre : pour sensibiliser tous les salariés du Groupe Orange, via notamment notre programme « Data IA Starter » lancé en Décembre 2020,
  • Je pratique : pour les utilisateurs de données ou de systèmes à base d’IA, avec des formations à la carte pour s’approprier ces technologies en lien avec leurs métiers,
  • J’approfondis : pour les experts qui construisent et utilisent au quotidien les systèmes d’IA. Nous proposons ainsi des formations pointues avec des partenaires mondialement reconnus, et des parcours professionnalisant, comme par exemple le CFA Orange, le parcours « Data Analyst », ou encore l’école IA Microsoft powered by Simplon, pour laquelle Orange a récemment accueilli une promotion dédiée de personnes en reconversion professionnelle, pour les former au métier de développeur d’IA.


Orange et l'IA de confiance : pourquoi adhérer à Impact AI ?

Comme je le disais précédemment, nous sommes convaincus chez Orange que l’utilisation de l’IA dans les entreprises doit être responsable. Nous croyons profondément à la raison d’être d’Orange : « Nous sommes l’acteur de confiance qui donne à chacun et à chacune les clés d’un monde numérique responsable ». C’est donc indispensable si nous voulons que nos clients aient véritablement confiance dans nos services basés sur ces nouvelles technologies.

Mais ce n’est pas un combat que nous pouvons mener seuls. C’est pour cela que nous soutenons plusieurs initiatives concrètes qui favorisent une utilisation  éthique et responsable de l’IA au niveau français et européen.

Orange a ainsi contribué en 2017 et 2018 aux travaux d’un groupe d’experts mandatés par la Commission Européenne, le HLEG on AI (High-Level Expert Group on Artificial Intelligence), qui a publié en juin 2019 des recommandations pour la mise en place d’une intelligence artificielle de confiance.

Nous sommes par ailleurs la première entreprise à avoir signé la Charte Internationale pour une IA Inclusive, du fonds Arborus, et également la première à s’être vue décerner il y a quelques semaines, le Label GEEIS-AI récompensant nos actions pour promouvoir la diversité et éviter les risques de discrimination dans nos systèmes à base d’IA.

Et bien entendu nous soutenons depuis sa création en 2018, le collectif Impact AI, dans sa mission d’éclairer les enjeux éthiques et sociétaux liés à l’IA et soutenir des projets innovants et positifs pour le monde de demain.

Pour nous, Impact AI est le forum idéal pour échanger librement avec d’autres entreprises, de différents secteurs d’activité. Nous pouvons croiser nos questionnements, échanger nos bonnes pratiques, et cela nous fait progresser collectivement.

Et notre implication s’est encore renforcée en 2020, puisque nous sommes entrés au Conseil d’Administration du collectif.

Et nous sommes particulièrement fiers d’avoir pu partager nos bonnes pratiques, avec 15 autres partenaires d’Impact AI, dans un guide pratique pour la mise en œuvre d’une intelligence artificielle digne de confiance. Une version abrégée de ce guide, paru en décembre dernier, est accessible sur le site d’Impact AI.

Ce que je trouve particulièrement intéressant c’est la diversité des cas d’usages qui y sont présentés, qui reflètent la diversité des contributeurs du guide : des start-ups, des PME, de très grandes entreprises, des sociétés de conseil et des acteurs académiques. Chaque entreprise pourra y trouver matière à réflexion pour sa propre activité, dans son propre contexte.


Impact AI : Quels cas d'usage ?

Avec Impact AI, nous avons, par exemple, déroulé la grille d’évaluation proposée par le AI HLEG de la Commission Européenne sur un cas de production d’indicateurs d’état de santé, à partir de l’analyse de la mobilité des personnes, avec leur consentement. C’est un travail en recherche que nous avons mené en partenariat avec un établissement de santé public.

Cela nous a permis de vérifier notre prise en compte de l’éthique dans nos travaux et de tester également la mise en œuvre de l’évaluation multidisciplinaire, avec les difficultés qu’elle comporte.

Dans ce collectif, Orange participe notamment à la création d’une bibliothèque d’outils ouverte. L’objectif est de référencer, de mettre à disposition des outils favorisant l’usage responsable de l’IA et de vérifier leur pertinence dans le temps. La grille d’évaluation des systèmes à base d’IA fait partie de ces outils d’amélioration continue. Elle nous permet de nous évaluer, de partager nos questionnements, nos expériences et nos bonnes pratiques avec des entreprises, des sociétés de conseil et des acteurs académiques ayant la même volonté de mettre en place une démarche de réflexion et d’actions éthique et responsable.


Quelle est la maturité des entreprises en termes d'IA de confiance en France et dans le monde ?

La prise de conscience est mondiale et notamment en France avec une stratégie d’IA national basée sur le socle de confiance. Cependant, sa mise en application n’en est qu’à ses débuts et se fera différemment en fonction des entreprises et de leur cœur de métier. La réglementation dans ce domaine évolue et les entreprises adaptent leur propre démarche d’IA de confiance en fonction des exigences réglementaires en France et en Europe.


Régulation et la réglementation : est-on assez ?

Avec Impact AI, nous cherchons à partager la vision « entreprise » avec ceux qui préparent la régulation de l’IA, afin que celle-ci soit réaliste par rapport à l’état de l’art et par rapport aux contraintes liées à la gestion opérationnelle des entreprises. C’est que nous avons voulu faire avec ce guide pratique pour une IA de confiance.


GAFAM et BATX : comment percevez-vous leur puissance en termes de d’IA ?

La puissance des GAFAMs vient de l’empreinte (footprint) mondiale de leurs produits et services, de la masse impressionnante de données qu’ils détiennent, et de leur puissance financière qui leur permet d’avoir une avance technologique certaine. Mais les opérateurs comme Orange détiennent d’autres types de données auxquelles les GAFAMs n’ont pas accès et qui nous permettent de développer de nouveaux services éthiques et responsables à base d’IA.

Quant aux BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), leur puissance vient également des données qu’ils détiennent, grâce à leur grand nombre d’utilisateurs, et à la puissance de l’Etat chinois qui favorise leur développement. Mais l’implication de l’Etat peut également représenter un risque pour eux, comme dans le cas de Huawei qui, malgré son avance technologique, fait l’objet de boycotts dans le monde occidental pour des raisons liées à la sécurité.

Plus d'articles Contenus

+ TOUS LES ARTICLES Contenus
  • Marketing Remix le 16 novembre : demandez le programme !

    ...

  • Raphaël Vullierme (Luko) : Le client est (enfin!) au cœur de l’équation

    ...

  • De la start-up parisienne à la 11ème licorne française : 12 chiffres clés sur Vestiaire Collective

    “Tout a commencé par une simple question, née d’une observation : « Pourquoi tant de pièces de mode de luxe sont-elles reléguées au fo...